7. Japon

Osaka (19/05 au 23/05/2018) & Tokyo (23/05 au 25/05/2018)

Au fil des mois nous apprenons à voyager à 3 avec un jeune enfant : au Japon, cette capacité a été mise à rude épreuve. Si cela ne nous dérangeait pas (trop) de passer plusieurs heures dans les métros où bien de marcher dans des rues bondées, il n’en est pas de même pour notre petit Théotime. Tout sauf un enfant urbain, il déteste la foule et marcher sur du macadam. Nous ne l’avons jamais autant porté ! Nous ne lui voyons retrouver son enthousiasme habituel que lorsque nous trouvons un parc, ce que nous avons eu du mal à faire… Théotime apprécie énormément les temples mais uniquement lorsqu’il peut y courir, ramasser des bâtons, jouer avec l’eau… pas simple !

Pour notre dernière escale au Japon, nous avons donc opté pour 3 jours « spécial Théotime ». Finalement on s’est autant amusés que lui !

Au programme, l’immense aquarium d’Osaka pour aller observer un magnifique requin-baleine et des raies géantes. Spa World, un complexe aquatique avec un parc spécialement conçu autour de l’eau pour les enfants, et surtout l’excellent Kids Plaza, un musée avec plein d’expériences à hauteur des tout petits, et un grand espace de jeux !

Pour Théotime qui s’amuse avec un rien et ce qu’on trouve au fil des jours, c’était la fête !

En plus de tout ça nous avons également déniché un parc correct juste à côté de chez nous.

Notre Japan Rail Pass arrivant à expiration nous sommes repartis dans la banlieue de Tokyo, accueillis dans une super famille pour 2 nuits, qui a même une draisienne et un ballon que nous pouvons emprunter ! Notre hôte vient des Philippines, coïncidence et chouette transition pour notre prochaine étape de voyage, à suivre dans les prochains jours notre arrivée dans ce nouveau pays !


Hiroshima (17/05 au 19/05/2018)

Étape la plus au Sud de notre voyage, nous voici à Hiroshima.

Historiquement, elle fait partie des étapes marquantes pour nous.

Nous visitons le site de la bombe A, où le 06/08/1945 à 8:15am la première bombe atomique jamais utilisée contre l’humanité s’est écrasée. Bien sûr aujourd’hui la ville s’est reconstruite tout autour, mais les vestiges du Palais préfectoral témoignent de ce dramatique pan de l’histoire.

Dans sa ligne directe, un flambeau a été allumé, dont la flamme persistera tant qu’il y aura des pays possédant la bombe atomique dans le monde… A l’heure où nous écrivons le dernier essai de lancement de bombe remonte à seulement 260 jours…

Nous nous aventurons ensuite jusqu’au musée du mémorial de la paix, musée d’histoire et de témoignages poignants.

A quelques minutes de bateau, nous profitons enfin de notre temps à Hiroshima pour rendre visite au fameux Torii flottant sur l’île de Miyajima, un des paysages emblématiques du Japon.


Naoshima (15-16/05/2018)

Le temps d’une grande journée et d’une traversée en ferry, retour en image sur notre balade sur la petite île de Naoshima.

L’île à la particularité d’abriter de nombreuses œuvres d’art « à ciel ouvert », que nous visitons à vélo, pour le plus grand plaisir de notre petit Théotime et des parents : ça change de nos 10 kms à pied journaliers (au bas mot !) !

Nous faisons aussi l’expérience d’un délicieux petit restaurant végétarien, assis sur des tatamis : au menu tofu et légumes pour nous, boulettes de riz et vrai jus de pomme pour Théo, c’est la fête !


KYŌTO (10/05 au 15/05/2018)

Nous poursuivons notre route à travers le Japon en descendant vers Kyōto. Pour l’occasion, nous logeons en colocation avec un couple d’espagnol qui ne quittent pas leur chambre et un japonais famélique et fantomatique qui change de chaussons pour aller aux toilettes (nous rions mais adopterons bientôt cette habitude nous aussi à mesure que nous nous enfoncerons dans un Japon de plus en plus authentique). Leur point commun, ne pas être dérangés le moins du monde par la saleté des espaces communs ! Fait rare au Japon où pour l’instant tout est extrêmement propre.

Laissant ces considérations terre à terre, nous profitons de notre temps pour explorer la belle Kyōto. Théotime est maintenant comme un poisson dans l’eau lors de nos visites des temples : on se lave les mains et la bouche à chaque point d’eau, on se parfume à l’encens, on sonne la cloche et on regarde les petites pièces dans la bouche des dragons ! Le plus amusant : passer dans un trou de la largeur de la narine du grand Bouddha de Todai-ji à Nara, 50cm ! Théotime est ainsi assuré de « connaître la sagesse »… Nous en profitons pour passer la journée avec le millier de cerfs qui habitent le parc de Nara, domestiqués, et auxquels il s’agit de donner de petits gâteaux « spécial cerfs ». On ne sait pas qui s’amuse le plus !

Nous aurons tout de même une journée de pluie torrentielle, passée dans le sanctuaire du Fushimi-Inari, sous nos parapluies. Encore une fois nous tentons au maximum d’échapper à la foule en grimpant sur les hauteurs, empruntant un long escalier qui serpente sous les Torii rouge vif. De loin en loin, des statues de renard nous surveillent : ils sont souvent appelés « Inari », et selon la tradition japonaise ils auraient la capacité de « posséder » les humains. Qu’on y croit ou non, avec la pluie et la forêt qui nous entourent, l’ambiance est mystique… En redescendant, nous faisons notre premier repas assis sur des tatamis, avec de petites tables à hauteur du sol, pour le plus grand plaisir du plus petit de la bande ! A noter une autre découverte « culinaire », les restaurants à tapis roulant, où on choisit son met sur un écran près de nos sièges, avant d’attendre tranquillement son arrivée sur le tapis, annoncé par une petite musique à notre table.

Enfin, notre séjour à Kyōto se termine par une excursion d’une journée dans les montagnes environnantes, à Kurama. Un havre de paix pour cette belle balade, qui nous emmène en haut du sanctuaire Kurama-Dera et le long d’un torrent rafraichissant, sur lequel s’élèvent des plateformes où l’on peut dîner.

Place au reportage en image de nos découvertes !


Nikko (07/05 au 10/05/2018)

3 jours dans les montagnes

En attendant l’activation de notre Japan Rail Pass qui va nous permettre de voyager de longues distances, nous avons décidé d’aller passer quelques jours dans les Alpes Japonaises, à 2h de train de Tokyo.

Nikko nous voilà! Durant 3 jours, nous avons pu profiter des paysages fabuleux, de magnifiques cascades, et de la vue sur les hautes montagnes environnantes ainsi que le grand lac Chuzenji dû prendre notre courage à 6 mains, armés de 3 parapluies, afin de sortir sous une pluie fine et infiltrante, et par 10°C. Autrement dit, nous n’avons strictement rien vu, dans un brouillard à couper au couteau. Heureusement nous pouvions nous consoler (et soigner nos 3 énormes rhumes) le soir avec de longs bains chauds et de copieux repas dans notre domicile du séjour, une grande pension tenue par une adorable famille de 4 enfants, aux petits soins avec nous !

Retour en image sur nos journées, avec tout de même la visite du temple Toshogu, qui n’a pas eu besoin de soleil pour révéler toute sa splendeur !

En bonus, voici un petit jeu des 7 différences (ce que nous aurions dû voir/ce que nous avons vu)

   


  

 


Tokyo (01/05 au 07/05/2018)

Après plusieurs jours de transit et une longue escale à Kuala Lumpur (Malaisie), nous sommes enfin arrivés dans la gigantesque Tokyo, pour nos premiers pas en pays asiatique.

Nous logeons chez Yusuke, aussi gentil que toutes les rencontres que nous ferons pendant notre séjour. Il nous faut ensuite nous familiariser avec le réseau de métro tentaculaire qui nous permettra de nous déplacer cette semaine. Heureusement, les indications sont encore marquées en cyrillique. Malgré cela, nous passons nos deux premiers jours en courbettes et « arigato » (merci) souriants tout en pensant «on ne comprend rien !»

Nos pas nous mènent dans les deux temples majeurs, le Meiji-Jingu et le Senso-Ji, où nous nous familiarisons avec les rituels qui font partie intégrante du caractère prenant du lieu : rituels de purification, avec à l’entrée de l’eau et de petites casseroles au long manche ; on fait d’abord couler l’eau sur la main gauche, puis la main droite, on se rince la bouche, puis on laisse l’eau couler le long du manche avant de le remettre pour la personne suivante. Théotime accomplit ces gestes avec beaucoup de sérieux (et plusieurs fois d’affilée…). Vient ensuite l’autel d’encens, dont on imprègne ses vêtements avec quelques mouvements circulaires. Arrivés devant le temple, on peut mettre une pièce de quelques yens et prier.

A l’intérieur du temple, on peut également tirer au sort un omikuji, ou papier divinatoire. En le choisissant, on pense à une requête à envoyer aux Dieux. On déchiffre ensuite le présage, qui peut parfois être mauvais, ce qui nous est d’ailleurs arrivé. Autre activité de prédilection pour Théotime, attacher alors le papier sur une rampe à côté, afin de conjurer le sort, et de demander aux Dieux de se montrer plus cléments…

Nous visitons également les Bureaux du gouvernement métropolitain de Tokyo, ce qui nous permet de monter au 45eme étage et d’admirer la vue sur la ville, mais pas sur le Fuji qui reste dans les brumes.

Nous expérimentons ensuite toute la démesure de Tokyo en nous promenons dans Shibuya, Shinjuku, ainsi que Akihabara (Electric Town) : nous osons rentrer avec Théotime jusqu’au 3ème étage d’une maison de jeux d’arcades, où dans un boucan assourdissant des japonais à la sortie du boulot appuient frénétiquement sur des boutons sans même nous remarquer ! Théotime en reste bouche bée, mais aimerait bien jouer aux gros tambours à la musique entraînante…

Pour le côté plus reposant de la ville, nous partons à la recherche des cerisiers en fleurs, qui sont en fait déjà en fruits ! Le Palais Impérial nous permet de relâcher un peu Théotime qui n’est définitivement pas un petit garçon urbain et préfère de loin courir sur les ponts et observer les carpes géantes à l’agitation et la foule.

Nous tenterons aussi le zoo de Ueno, plus vieux zoo du Japon (datant de 1882) mais en ressortons peu convaincus par ces pauvres animaux enfermés dans si peu d’espace, et si loin de leurs conditions climatiques d’origine…

Dans le quartier d’Odaiba, nous découvrons le musée des nouvelles sciences et de l’innovation : un musée ultra complexe où nous sommes invités à nous questionner sur le type de futur que nous laisserons et à nous poser toutes sortes de questions comme comment fonctionne le passage d’information dans le cyber espace, le plastique pourrait il être conducteur d’électricité, ou comment nous sentirions nous de travailler avec un androïde (ce qui devrait arriver dans un futur très proche !)…

Enfin, dernière étape de cette semaine Tokyoïste, nous nous échappons le temps d’une journée à Kamakura, où nous passons un long moment dans le temple Kencho-Ji à nourrir en vrac à l’aide de « granules » des carpes obèses bientôt aussi grosses que Théotime, de petites tortues qui ne se laissent pas marcher sur les pattes, et des pigeons qui se prennent parfois un peu pour des poissons…

Découverte en image d’une semaine bien remplie pour nous tous !


Atterrissage à Tokyo le 30/04/2018 à 22h30 heure locale, soit 15h30 en France, nous passons à décalage +7, on se rapproche tout doucement.