12. Sri Lanka

Ella (28/11 au 02/12/2018)

Dernière étape dans les montagnes Sri Lankaises, nous nous arrêtons pour 4 jours dans le petit village de Ella. L’atmosphère y est vraiment chouette et les paysages environnants sont magnifiques : montagnes verdoyantes, cultures, plantations de thé…

Nous en profitons pour faire deux belles randonnées, Little Adam’s Peak et Ella Rock. Pour cette dernière, Théotime marche seul près de 5kms et enchaîne la montée qui est tout de même ardue… nous voyons à quel point notre petit bonhomme aura grandi au cours de ce voyage ! Là-haut la vue est splendide bien sûr. Au détour du chemin, nous croisons un homme qui nous offre 3 bananes, comme ça pour rien ! Pays de tous les contrastes où nous aurons rencontré autant de mauvaise foi que de générosité à l’état pur. Notamment, une rencontre restera gravée dans nos mémoires, celle d’un moine au temple de Rakkhiththa Kanda Aranaya Senasanaya (rien que ça !). Nous lui avons promis de ne pas divulguer la photo sur internet, mais lui et Lisandre se sont bien amusés entre rires et balancements ! A la fin de notre passage, il nous attache à la main droite de petits bracelets blancs afin d’éloigner les mauvais rêves et d’apporter des énergies positives autour de nous… au-delà de ça le lieu est un temple troglodyte qui aurait été créé il y a 2200 ans. On y retrouve un beau Bouddha couché dans une grotte peinte de motifs, mais également un Bouddha en ascèse particulièrement maigre.

Nous rembarquons dans nos fameux bus aux chauffeurs tous plus déjantés les uns que les autres, actifs chiqueurs de moma, le petit nom donné à la noix de bétel qui leur laisse la bouche sanguinolente. Surprise pour la première fois dans un bus particulièrement bondé, un homme hargneux nous demande de nous lever (avec nos enfants) pour lui laisser la place. Nous lui répondons haut et fort que s’il nous fait lever il faudra qu’il porte nos enfants sur ses genoux car ils ne peuvent voyager debout (nous sommes sur une route de montagne et le bus roule trop vite bien sûr…). L’homme se calme, ouf nous pouvons garder nos places, ce qui n’empêchera pas l’homme des tickets de nous faire payer double le trajet grâce à une arnaque astucieuse ! Nous arrivons épuisés par toutes ces petites batailles à notre prochaine étape, Uda Walawe.


Nuwara Eliya (25/11 au 28/11/2018)

Nous embarquons dans un bus avec moumoute rose autour du siège du conducteur et bouddhas clignotants au plafond. C’est du plus bel effet ! A peine partis, nous comprenons notre douleur : musique Bollywoodienne à fond la caisse et klaxon customisé pour trompetter encore plus longtemps et plus fort qu’à l’ordinaire… le trajet va durer 3h d’une route hyper sinueuse. On ne sait trop comment, les enfants s’endorment dans tout ce raffut !
Nuwara Eliya est perchée à 1900m d’altitude. C’est une jolie petite ville à l’ambiance coloniale. Elle était autrefois réputée pour ses plantations de café, décimées par un champignon… les colons décidèrent alors d’y planter du thé, et voila le thé Ceylan qui est né ! Changement de climat, on perd 10 degrés; les paysages de plantations de thé sont superbes. Les femmes n’en cueillent que les 2 premières feuilles afin d’obtenir le meilleur thé. Nous visitons la plantation Labookellie où nous dégustons du BOP, c’est à dire du Brocken Orange Pekoe. Il s’agit de la première feuille, appelée orange pekoe car elle a un léger duvet aux reflets dorés. Divin !
Le lendemain dès 5h du matin nous partons randonner dans le parc national d’Horton Plains. Il est situé entre 2000 et 2300m d’altitude. Nous y observons notre premier cerf du voyage, majestueux dans la rosée du matin. Le paysage est splendide, entre montagnes et collines, de grandes forêts où l’on entend les singes noirs, et des étendues de savane herbeuse.
Nous poursuivons notre route pour Ella après un délicieux repas de parathas, de simples crêpes longuement travaillées et qui sont notre grand favori avec le curry de pommes de terre et un sambal (mélange de noix de coco et de piment) !


Dambulla&Sigiriya (22/11 au 24/11/2018)

Nous choisissons de voyager en bus, qui à lui seul constitue toute une épopée ! La main posée sur le klaxon en permanence, les chauffeurs vont chatouiller les limites de leurs vieilles carcasses roulantes, les lançant à fond à la poursuite de n’importe quel véhicule devant eux. Arrivés là, ils freinent (très efficacement, Théotime s’écrase sur le siège avant), puis déboîtent et doublent à fond et klaxon hurlant, afin de tenter de dissuader quiconque viendrait en face (si c’est un autre bus usant de la même technique on ne sait pas ce qui arrivera…). Ajoutez à cela une musique à fond, une bonne odeur de transpiration (les bus avec AC ça n’est pas pour nous !) ou de poisson en fonction des denrées transportées par les passagers… et voici pour nos heures de voyage pour rejoindre nos destinations. Les enfants nous épatent, assis paisiblement dans tout ce brouhaha. Comme les petits Sri Lankais, ils laissent le temps passer en regardant le paysage !
Dambulla est un site magnifique constitué de 5 grottes troglodytes qui abritent des représentations de Bouddha. Une multitude de singes nous accompagnent pendant la montée pour y accéder. Théotime, un peu effrayé par leur audace parfois, se rassure lui-même : « regardez les amis comme ils sont trop mignons ces petits singes ! » On tente un jus de citron qu’un homme prépare sur le chemin avec de l’eau puisée dans un grand bidon… même pas malades ! On déguste également des mangues dans de petits cornets en papier qu’on se dépêche d’avaler sous les yeux avides des singes. Arrivés sur le site, comme d’habitude on se déchausse (pour le plus grand plaisir de Théotime qui adore marcher pieds nus… une bonne astuce pour relancer les troupes fatiguées) et on se couvre (pas de genoux ni d’épaules apparentes, sauf pour Lisandre qui a le droit de rester en petit body !). L’ambiance est très particulière dans la pénombre, les Bouddhas sont magnifiques (certains datent du 1er siècle !) sans parler des fresques au plafond vieilles de plusieurs siècles et étonnamment bien conservées. On apprend qu’un Bouddha couché aux pieds légèrement décalés est en fait mort et a atteint le Nirvâna. Si ses pieds sont joints, c’est qu’il se repose. On découvre également une marmite recueillant l’eau qui s’écoule depuis 22 siècles, utilisée encore aujourd’hui pour les cérémonies. A l’entrée du site et avant de monter vers les grottes, un Bouddha doré haut de 30m nous accueille : ce serait le plus grand Bouddha au monde !

Le lendemain, et après avoir passé la nuit à Sigiriya, nous nous lançons dans l’ascension du Lion Rock, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ancien monastère, ce gros rocher servait de résidence au roi Kassapa (477-495) pendant la période humide. Ce roi, qui était aussi un tyran, avait ainsi établi son palais à 250m d’altitude, avec sa multitude de femmes (on parle de 500 concubines !). La montée s’effectue par une série de marches (un peu + de 1000) le long de la paroi rocheuse. En chemin, on peut observer de sublimes fresques qui dateraient du 5ème siècle, représentant des demoiselles (sûrement des nymphes) à la couleur extrêmement bien conservée. Une cavité dans la paroi, juste assez profonde pour se tenir debout, servait de prison aux soldats récalcitrants qui y étaient laissés plusieurs jours. Si ils tentaient de s’asseoir ou s’endormaient, ils basculaient dans le vide…
La montée s’effectue dans le silence car d’énormes essaims de frelons règnent à présent sur les lieux. Arrivés là-haut, le paysage est sublime, dominant la jungle, les jardins en terrasse et les cours d’eau. Les singes ont à présent envahi le plateau : l’un d’eux volera sa crêpe à Théotime directement dans sa main, à son grand désespoir !
Le lendemain, nous repartons pour Kandy, étape d’une nuit avant de continuer vers le Sud direction Nuwara Eliya.


Kandy (20/11 au 22/11/2018)

Avec émotion, nous arrivons dans notre dernier pays de ce grand voyage ! Comme notre hébergement à Colombo sera le même à notre arrivée et notre départ nous en profitons pour y laisser quelques affaires dont la poussette, afin de ne plus avoir qu’un sac à dos assez léger chacun. Nous anticipons les futurs voyages en bus et en train bondés, où il nous faudra grimper et sauter le plus vite possible avant que le chauffeur ne redémarre !
Pour notre première étape, nous filons directement à Kandy par le train, d’où les paysages sont superbes. Alors que nous nous apprêtions à voyager assis sur nos sacs au mieux, surprise tout le monde se pousse pour nous laisser des places assises… nous avons une chance folle de voyager avec nos deux petits !
Nous nous installons dans la guesthouse de Jayantah, notre hôtesse qui est juste adorable. Grâce à elle nous goûtons plein de délicieux mets Sri lankais et elle nous donne les ficelles du fonctionnement du pays. Cela fait du bien d’avoir toute confiance en quelqu’un ! elle est d’une générosité rare et adore les enfants.
A Kandy nous hésitons quant au programme : jardin botanique ou bien aller saluer la dent de Bouddha qui repose au temple de la Tooth. Nous optons finalement pour le jardin, et ne sommes pas déçus !
Le jardin fait 60 hectares et abrite une quantité incroyable d’arbres et de plantes de toutes sortes. Nous retrouvons l’arbre à cannelle, les noix de muscade ainsi que le giroflier. Dans une serre, nous admirons les orchidées : il y en a 188 espèces au Sri Lanka. Autre découverte intéressante, celle des noix de coco géantes appelées noix de coco des Maldives car elles furent découvertes en 1743. Dès 1500, les noix furent trouvées flottantes dans l’océan indien, si bien qu’on a cru à l’époque qu’elles provenaient d’une plante marine des profondeurs… Elles sont aujourd’hui une espèce protégée. Chaque noix pèse entre 10 et 20kgs et peut mettre jusqu’à 8 ans avant d’arriver à maturité !
A chaque arrêt ou dès que nous marchons, des hordes de tuktuk se jettent sur nous afin de nous extorquer nos roupies. Nous en avions ras le bol de nous faire arnaquer et de toujours payer trop cher; nous avons donc décidé d’investir dans une carte SIM Sri Lankaise : à présent nous pouvons utiliser le système « Pick me », le Uber local. Lorsqu’un chauffeur de tuktuk nous annonce un prix, nous éclatons de rire, et le menaçons d’appeler un Pick me. Effrayé, le chauffeur baisse son prix par 2 comme par magie ! Autre ruse, Amélie fait mine de s’intéresser à un achat, demande le prix, pendant qu’Alex râle et garde le visage fermé, fait mine de partir. Amélie explique alors avec un air triste que Monsieur trouve ça trop cher, peut-il baisser son prix ? Et là encore magie, on arrive au prix qu’on s’était fixé ! Le Sri Lanka remporte notre palme d’or du maximum de tentative d’arnaque des touristes tout de même, et nous voyons beaucoup de malheureux autour de nous tomber dans le piège de payer 4 voire 5 fois le prix !
Depuis Kandy, nous partons pour 2 jours vers le Nord, direction les sites historiques de Dambulla et Sigiriya.