A la rencontre des kiwis

Dès notre première nuit de camping sauvage en Nouvelle Zélande, nous espérions voir le fameux kiwi, petit oiseau si rare et si intriguant… Mais avec seulement 5000 de ces petites bêtes référencées sur l’île, difficile de réussir à en croiser un sans un œil aguerri. Après avoir lu multiples fois l’histoire de Kuwi le Kiwi à Théotime et croisé plusieurs panneaux nous indiquant « attention, traversée de kiwis », nous ne pouvions cependant passer à côté. C’est donc à Franz Josef Glacier que nous nous sommes rendus au Wildlife Center afin d’aller les observer de plus près.

Petite carte d’identité de l’animal : le kiwi est un oiseau nocturne, qui est cependant incapable de voler, et que l’on trouve uniquement en NZ. Il vit dans un terrier, et possède des os pleins (à l’inverse des autres oiseaux). Sa température corporelle est quasiment la même que la nôtre (37-38°C).

Caractéristique très spéciale, c’est le seul oiseau au monde à avoir les narines au bout de leur bec, avec un odorat très développé. Ils utilisent cet odorat pour trouver leur nourriture sous terre, en fouissant dans les feuilles mortes. Grâce à leur bec également, ils peuvent sentir les mouvements des insectes dans le sol. Ils ont de fortes pattes, qui leur permettraient de dépasser un humain à la course !

La population de kiwis a fortement diminué avec l’apparition de nouveaux prédateurs terrestres, introduits par l’homme : rats, chiens, chats, belette, et surtout hermine. Cette dernière est le principal prédateur, initialement introduite pour contrôler les lapins en NZ, elle peut en fait tuer un kiwi dont le poids est inférieur à 1kg. Et il faut près de 12 mois au kiwi pour atteindre ce poids…

C’est là d’ailleurs qu’est toute la fragilité du kiwi : ils peuvent pondre 1 à 4 œufs par an, mais seuls 50% de ces œufs vont réussir à éclore en milieu ordinaire. De ces 50%, seuls 5% atteindront l’âge adulte et celui de se reproduire… On est bien face à une espèce en voie de disparition.

Au Wildlife Center, les intervenants vont donc récupérer l’œuf du kiwi lorsque celui-ci est pondu, afin de le protéger des prédateurs. Il est ramené au centre, et soigneusement placé en incubateur jusqu’à éclosion. Le bébé kiwi est ensuite nourri puis placé en simulacre de milieu naturel jusqu’à ce qu’il ait atteint l’âge de se défendre et de se reproduire, soit environ 12 mois/1kg. Ce sont ces « bébés » que nous avons pu observer dans le noir et le plus silencieusement possible : d’ici quelques mois, ils seront relâchés dans leur habitat naturel. Leur chance de survie est ainsi estimée à 70%.

Une jolie rencontre avec cet animal emblématique de la Nouvelle Zélande, mais qui nous laisse également entrevoir, comme durant tout notre séjour, à quel point la faune et la flore sont fragiles ici, et à quel point un dur travail pour les préserver est mené chaque jour à différentes échelles.

One Reply to “A la rencontre des kiwis”

  1. Ah oui ces fameux kiwis qu on avait comme vous désespérément cherche à l état sauvage sans jamais y parvenir!!! Bravo pour ce blog, toutes ces informations qui nous enrichissent et ces très belles photos!!!

Laisser un commentaire